BOLERO DE RAVEL: Vous avez toutes les raisons de ne pas le rater !

Oui, toutes les raisons!

Amateur  ou non de Musique , « Le Boléro » de  Maurice Ravel ne laisse personne indifférent :

certains diront que son écriture n’est pas travaillée , d’autres que c’est un chef d’oeuvre musical.

De par sa structure musicale au rythme invariable, sa mélodie arabisante uniforme et sa sonorité allant crescendo, il est envoûtant, ensorcelant.

il extirpe de vos tripes les émotions les plus profondément ancrées pour faire corps avec elles. Il semble que chaque pulsation de tonalité vous conduise, par une marche majestueuse et saccadée, aux frontières de l’au-delà.

Et lorsque notre âme effleure enfin cette limite, tout s’effondre dans le néant : une oeuvre gigantesque, émotionnellement troublante et particulièrement riche.

 

Mais c’est un tout autre Boléro de Ravel  que je vous présente, maintenant:

51 ans après celui de Maurice Béjart, un spectacle nommé « Tahar et les hommes libres » mis en en scène par Nikolaï Adrosov, une histoire mettant en exergue l’amitié naissante de deux personnages venant de mondes et cultures différents, sous fond de guerre d’Algérie.

Une histoire adaptée à la mélodie arabisante et le rythme saccadée de cette oeuvre musicale

  •  Ce spectacle a été produit à Toulouse, au Casino Barrière, ce vendredi 27 novembre 2012, réalisé par des danseuses et danseurs classiques.
  • J’étais aux premières loges pour le savourer:

- une première partie de 45 minutes consacrée aux danses du monde:

très beau spectacle  composé de petites chorégraphies (danses irlandaises, tango, danse classique…) dans un style et un environnement épurés,  techniquement difficile ( pas évident de danser du contemporain avec des chaussons de danse classique)

- une deuxième partie composée du Boléro de Ravel en totalité : 17 minutes d’un ballet transcendant, avec le sculptural et remarquable danseur soliste Farukh Ruzimatov , étoile mythique du Marinskii-Kirov de Saint-Petersbourg.

 

J’ai aimé, j’ai été impressionnée:

 

Il est remarquable de voir que la danse classique s’adapte parfaitement à la musique contemporaine et vice-versa.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posted in Entre nous | 2 Comments